Antony Blinken : le Dialogue de Tanger pourrait être « une force active » dans la recherche de « programmes menant à des progrès partagés »

Le secrétaire d’État américain a salué le Projet Aladin, le ministère des Affaires étrangères du Maroc et l’Alliance des civilisations des Nations Unies pour le lancement du Dialogue de Tanger dans un message vidéo diffusé lors de la conférence de lancement.

Le secrétaire d’État Antony Blinken a salué les efforts du Maroc pour embrasser la diversité, combattre le racisme et promouvoir le dialogue interreligieux. Dans un message vidéo diffusé lors de la cérémonie inaugurale du Dialogue de Tanger, il a félicité le Projet Aladin pour avoir« construit des ponts entre les cultures afin de contrer toutes les formes de racisme et d’intolérance ». Il a ajouté : « Le fait que ce dialogue se déroule à Tanger, ville carrefour historique où des personnes de différentes nationalités et confessions ont voyagé, se sont installées et ont partagé leurs connaissances et leurs cultures pendant des siècles, est particulièrement approprié. ».

Antony Blinken a souligné le fait que les États-Unis travaillent avec de nombreux gouvernements sur la question de l’avenir des relations entre l’Occident et les pays arabo-musulmans. Il a exprimé sa confiance et son optimisme quant au fait que l’initiative du Dialogue de Tanger permettrait de faire avancer ce travail : « Nous devons aller au-delà des platitudes pour mettre en place des politiques et des programmes susceptibles d’engendrer des progrès communs. Les ministres, les universitaires, les entrepreneurs et les journalistes qui participent à cette conférence contribueront à la réalisation de cet objectif. »

Le chef de la diplomatie américaine a souligné l’importance du Dialogue de Tanger pour renforcer la compréhension entre l’Occident et le monde arabo-musulman, affirmant qu’il peut servir de « force active » pour un changement positif. Antony Blinken a rappelé que l’ensemble de la communauté internationale est confrontée à des problématiques communes telles que le changement climatique et la pandémie de COVID-19. Il a évoqué la nécessité de collaborer pour relever les défis émergents dans ces régions, notamment en forgeant la paix dans les zones de conflit et en développant les opportunités économiques. Le secrétaire d’Etat américain a également souligné la nécessité de garantir les libertés des personnes de toutes confessions, tout en apportant des solutions aux problèmes globaux de la crise climatique, de la sécurité alimentaire et de l’accès à l’eau potable.

Le secrétaire d’État américain a appelé à des programmes et des politiques assurant un progrès partagé et contribuant à la création d’un monde plus pacifique et prospère.