Les ambassadeurs de France, des Émirats arabes unis, du Bahreïn et d’Israël aux États-Unis échangent sur la coopération de la société civile au Moyen-Orient

À l’invitation de Philippe Etienne, ambassadeur de France aux États-Unis, une délégation du Projet Aladin composée de la présidente, Leah Pisar, du vice-président Éric de Rothschild et du directeur exécutif Abe Radkin a rencontré l’ambassadeur des Émirats arabes unis aux États-Unis, Yousef Al-Otaiba ; l’ambassadeur du Bahreïn à Washington, Abdullah bin Rashed Al Khalifa et l’ambassadeur d’Israël à Washington, Michael Herzog, afin d’échanger sur l’expansion des partenariats avec la société civile au Moyen-Orient.

Au cours de la présidence française du Conseil de l’Union européenne, l’ambassadeur français Philippe Etienne a invité plusieurs de ses homologues à une réunion à Washington, en présence d’une délégation du Projet Aladin, afin d’échanger sur des partenariats avec la société civile au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Leah Pisar, présidente du Projet Aladin, le vice-président Éric de Rothschild et le directeur exécutif Abe Radkin ont participé à la réunion avec l’ambassadeur Philippe Etienne, l’ambassadeur des Émirats arabes unis Yousef Al-Otaiba, l’ambassadeur du Bahreïn Abdullah bin Rashed Al Khalifa et l’ambassadeur israélien Michael Herzog. Les ambassadeurs ont unanimement exprimé leur soutien au travail du Projet Aladin et à ses initiatives visant à encourager une plus grande collaboration entre les organisations et institutions de la société civile en Israël, aux Émirats arabes unis, au Bahreïn, au Maroc et au sein d’autres nations du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord.

Les discussions ont notamment porté sur des partenariats universitaires susceptibles de déboucher sur une version MENA (Moyen-Orient-Afrique du Nord) du programme Erasmus+, qui connaît un énorme succès en Europe ; sur la coopération entre des musées et des clubs sportifs, et sur des projets conjoints visant à lutter contre l’impact négatif du changement climatique dans cette région.

Les ambassadeurs ont également exprimé leur volonté de s’engager avec le Projet Aladin USA dans l’organisation de réunions et de conférences à Washington, et plus largement aux États-Unis, afin de sensibiliser le public américain à ces questions.