skip to Main Content

Startup santé et financement : les 4 subventions à ne pas manquer

A l’heure où la France se positionne comme une startup nation en Europe et dans le monde, les startups santé suscitent beaucoup d’intérêt. Cette année au CES de Las Vegas, 380 de ces jeunes pousses étaient françaises et sont venues présenter leurs innovations. La santé s’est faite remarquer puisque 11 des 57 récompenses françaises étaient de ce secteur.

Emprunt de promesses pour toujours mieux soigner le patient avec des coûts moindre, pour contenir les dépenses, les investisseurs ont bien compris qu’un avenir se jouait également dans la « Healthtech« .

Toutefois, lancer une startup santé nécessite un accompagnement particulier. Le domaine de la santé exige des process qualités, de certifications, d’homologation et ce n’est pas mince affaire. Il faut du temps et de l’argent.

Pour réunir les moyens matériels et humains, des aides publiques peuvent être mobilisées. Ainsi, la startup santé pourra financer son projet tout au long de son développement.

Voici les 4 subventions intéressantes pouvant être mise en place pour accompagner l’amorçage d’un projet. Elles pourront couvrir les études internes et externes, notamment les frais de réalisation de prototypes et de maquettes.

1 – La Bourse French Tech

Cette Bourse est une subvention délivrée par Bpifrance. Elle se positionne dans l’accompagnement de la maturation et la validation technico-économique du projet innovant. La startup santé pourra par exemple être aider dans son business model, la faisabilité de sa  technologique, l’évolution des usages, l’ergonomie-interface, le design de service, les tests, le marketing, etc.
Elle est calibré pour les jeunes entreprises de moins de 1 an à potentiel de croissance.

Son montant maximum est de 30 000€.

2 – La Bourse French Emergence

Cette subvention délivrée par Bpifrance s’adresse aux jeunes entreprises ayant un projet d’innovation de rupture à fort contenu technologique (Deep Tech). Elle a pour objectif d’accompagner l’entreprise dans l’évaluation et l’analyse du potentiel du projet ainsi que ses perspectives de marché.

Son montant maximum est de 45 000€.

3- Paris Innovation Amorçage (PIA)

Le Paris Innovation Amorçage (PIA) s’adresse aux starups parisiennes souhaitant solliciter un financement public à l’innovation dans le cadre de la convention Bpifrance et ville de Paris.
L’aide concerne toutes les entreprises intégrant un incubateur labellisé par la ville de Paris (Paris&Co) et porteuses d’un projet à fort caractère innovant (innovation technologique, innovation de procédés, d’usage et de produits).

La subvention Paris Innovation Amorçage porte sur les dépenses directement liées à l’amorçage ou au développement du projet innovant. Cela permet aux startups en phase de création et de lancement d’être accompagnées dans la maturation de leurs projets. Le financement participera à la validation des concepts sur les plans techniques, économiques et juridiques.

Dans cette phase d’amorçage, l’aide peut servir à financer les prestations fournies par l’incubateur dont l’aide au montage de dossiers de financement ainsi que toute dépense du projet innovant.

Son montant maximum est de 30 000€.

4- INNOV’up faisabilité

La dernières des subventions est INNOV’up faisabilité, cofinancée par la Région et Bpifrance, s’adresse aux entreprises Franciliennes pour valider l’opportunité du projet d’innovation. Cette subvention est destinée à soutenir l’entreprise dans la préparation et la maturation de son projet. Elle finance les dépenses de propriété industrielle, d’homologation, de design, d’études de marché, d’acquisition de technologies ou de savoir-faire, etc.

Son montant maximum est de 30 000€

Kamui Digital Santé a bénéficié de la subvention INNOV’up pour son projet Kamui Reality.

 

En résumé, ces 4 sources de financement servent essentiellement l’amorçage des projets. D’autres systèmes peuvent se mettre en place, en parallèle des subventions comme les prêts d’honneur. Dans une nouvelle étapes de la vie de la startup santé, la BPI possède des outils adaptés à chaque phase du développement de celle-ci. La principale difficulté de les obtenir sera d’avoir 50% des coûts de l’investissement en fond propre.

Ainsi, le plus part du temps, une levée de fond est nécessaire pour remplir ce critère.

Au final, la startup santé ne différe pas énormément des autres startups dans ses modes de financement. Les contraintes réglementaires apportent des risques supplémentaires que les porteurs de projets en devront tenir compte dans leur plan de développement. Ils devront convaincre dans les pitchs auprès des investisseurs.

 

Back To Top