skip to Main Content

Laval Virtual 2021 : une renaissance réussie pour cette nouvelle édition !

Laval Virtual 2021 s’est tenue les 7, 8 et 9 juillet 202 en présentiel pour cette 23ème édition du salon. Internationalement connue, cette itération hybride a été le lien des retrouvailles d’un écosystème qui, comme bien d’autres, a souffert de l’isolement. Echanges, événements, rencontres, les pour et les contre… Je reviens avec vous sur cette expérience incroyable vécue de l’intérieur.

Par avance, je suis navrée des éléments qui ne seront pas mentionnés. C ‘est en effet un article témoignage, il ne saurait être exhaustif. Mais j’invite tous les « oubliés » à nous faire parvenir leurs retours d’expérience.

Laval virtual 2021 : retrouvailles avec une ambiance incroyable

Le Laval Virtual est connu pour être l’événement VR/AR international de l’année. Il regroupait, jusqu’ici, les plus grands noms de l ‘écosystème (Microsoft, HTC, Pico, Unity, Enreal et bien d’autres) comme les plus petits (projets étudiants, très jeunes start-up soutenues en région…).

L’an passé, l’édition 2020 présentielle s’étant vue annulée très tardivement pour les raisons sanitaires que nous connaissons tous, l’équipe du Laval s’était alors démenée, en un temps record, pour permettre au salon d ‘avoir lieu, ouvrant la porte à une nouvelle modalité : le salon virtuel.

Pour ou contre, les avis divergeaient, mais la prouesse technique avait été saluée. Cette année, le COVID-19 reculant doucement, nous avons donc pu revenir à une version plus conventionnelle, hybridée par un service en réalité virtuelle, pour ceux qui ne pouvaient faire le voyage (pour ces mêmes raisons). La partie virtuelle était donc présente, avec toutes les améliorations apportées depuis 2020. Pour France Immersive Learning, c’est Nicolas Perrier qui était en charge de cette partie.

Depuis 2017 que je parcours ce salon, jamais le n’avais connu une ambiance si conviviale. Et pour cause, les pro­fessionnels de tout un écosystème se retrouvaient pour partager sur leur année, leurs innovations, leurs essais plus ou moins fructueux et leurs réussites.

De la passion et un renouvellement des acteurs

En parallèle, on pouvait observer un phénomène nouveau : une redistribution des cartes. De fait, les acteurs de taille et de prestige que je citais plus haut, étant coincés dans leur patrie respective, la place vacante a été utilisée par de plus petites structures, laissant la parole à chacun. Ainsi, de très jeunes projets comme IMBUE VR (quelque peu exotique pour ne pas dire érotique) ont côtoyé des piliers  TechViz ou encore des exposants santé comme Bliss ou Virtualis.

Second effet parallèle de ces retrouvailles sur l’ambiance : le retour de la passion. En effet, sur beaucoup d’événements professionnels se pose souvent un problème de commerce agressif. Les exposants sont là pour être vus et vendre au maximum. Si c’est une altitude légitime, elle n’en reste pas moins assez désagréable pour le visiteur qui se doit de jouer le jeu tout en triant les informations dont il a besoin. Or, cette fois, il n’en était rien. Tous les exposants que j’ai croisés, semblaient simplement heureux d’être là et de pouvoir partager sur leurs projets et leur passion.

Et à cette convivialité, il fallait ajouter l’accompagnement magistral et légendaire des organisateurs du salon. Au-delà de la simple présence, les équipes de Laurent Chrétien nous ont véritablement dorlotés. Ainsi se sont tenues les soirées professionnelles les plus sympathiques que l’on ait vues depuis longtemps. Un moyen comme un autre de renouer des liens et d’en créer d’autres. En bref, une édition très réussie, où chacun a su trouver une place, réveillant et révélant un jour nouveau dans ce milieu de passionnés.

Conférences et tables rondes : en santé, comment passer à l’échelle ?

laval virtual 2021Que serait le Laval Virtual 2021 sans ses conférences, expert talks et autres lives ? Cette année encore, de très bons sujets, des experts encore une fois, ravis de partager sur leur domaine. Or, pour la première fois cette année, la parole m’était donnée, sur le Panel Santé, sur un sujet plus que brûlant : comment passer à l’échelle ?

La conférence a commencé par les allocutions de Lars Riedemann (médecin chercheur à l’hôpital universitaire de Heidelberg) sur le status quo que nous vivons en XR santé (bloqué sur l’échelle d’adoption en plein gouffre de Moore )

Puis, nous avons fait le tour des innovations Microsoft Hololens en santé avec Othman Chiheb. Franck Assaban (Virtualis VR-Kinéthérapie ) et Xavier Abadie (SimforHealth – simulation de soins) nous ont parlé de leur solution, dans les plus populaires en France. Il ne manquait que Robert Fine (Directeur de l’association internationale de la VR en sain de Sante IVRHA) et moi-même (pour représenter la filière XR Santé Francophone via France Immersive Learning).

Cette table ronde, animée par une consœur, Carine de Potter (Infirmière experte en technologie), aura permis de dresser rapidement les axes problématiques du domaine de la XR en santé pour proposer des solutions qui nous permettront d’avancer demain. Car il est un fait certain, c’est que l’écosystème santé XR s’enrichit chaque jour de nouveaux projets, plus ou moins aboutis à ce jour, mais toujours avec beaucoup de potentiel. Pour autant, seules quelques entités sont identifiées sur ce secteur. Or, tous ont le même souhait, passer sur des déploiements aussi importants que le secteur peut le permettre.

3 problématiques majeures identifiées :

Fort de nos expériences et recherches respectives, nous avons donc identifié 3 problématiques majeures et les axes secondaires qui en découlent.

Le premier est la visibilité par le rassemblement. Présenter un front uni et exprimer d’une même voix un message clair permettra à l’ensemble des acteurs XR santé d’être vus et reconnus.

Le second, une acculturation massive du personnel soignant. Aujourd’hui, les solutions XR en santé sont encore trop perçues comme des gadgets. Voire pire, comme des outils inutiles et chronophages. En éduquant les soignants, il est possible de leur expliquer l’intérêt de ces solutions. Il faut leur montrer comment elles peuvent s’intégrer à leur quotidien. Il est également nécessaire de démontrer leur utilité et leur intérêt stratégique.

Le troisième est l’aide financière. Dans le sens où ces outils s’adressent principalement à un marché public (potentiellement sinistré), il serait normal et bienvenu que les producteurs de contenus bénéficient d’une aide au financement dans le développement de leur solution.

Un salon pour développer le secteur des technologies de réalité immersive

A ces 3 axes principaux s’ajoutent donc des éléments qui nous permettront également le développement du secteur.

D’une part, l’avancement et la publication d’études cliniques, éminemment importantes dans le cadre médical pour faire la preuve de leur efficacité. D’autre part, il est apparu incontestable, et cela est confirmé par la littérature, que l’évolution du secteur doit se faire en réponse aux besoins exprimés par les soignants. Nous noterons d’ailleurs que l’acculturation de ces derniers devrait permettre un retour qualitatif de leurs besoins et l’émergence d’idées nouvelles.

Un panel donc des plus intéressant, où il fut agréable de constater que nous rencontrons les mêmes freins et que nous sommes tous au diapason quant à la direction à prendre. De mon point de vue, en tant que directrice de la filière XR santé au sein de l’association France Immersive Learning, j’ajouterais qu’avoir un porte-parole neutre de l’écosystème qui puisse fédérer et libérer les producteurs des tâches éducatives chronophages, est un atout majeur. C’était là tout le sujet de notre réponse à l’A.M.I. Santé Numérique : n’hésitez pas à me contacter pour en savoir davantage à ce sujet.

Les petits détails qui font tout

hygiène et réalité virtuelleDans les points intéressants, je noterai également un grand soin pris autour des mesures anti COVID 19 qui nous a permis de nous sentir en sécurité. L’hygiène est l’affaire de tous et le référent COVID était très présent.

Cependant, et nous avons été plusieurs à déplorer, le manque d’intérêt suscité par la formation hygiène XR (en partenariat avec France Immersive Learning) qui était proposée le 6 Juillet. Seul, Numix a jugé pertinent de suivre cette session et l’équipe semblait ravie d’avoir partagé sur ce sujet. Partout ailleurs, chaque exposant a fait un effort à son échelle de façon plus ou moins efficace. C’est pourtant un sujet d’actualité qui devrait nous concerner tous. Surtout lorsque l’on parle santé et déploiement en milieu de soins, mais aussi déploiement grand public.

Cela aura tout de même eu ses bonnes répercussions dont la diminution drastique du papier. Plus de programme, de carnet de contact… tout était mis en format numérique. Les badges étaient même scannables via l’application Imagina pour permettre de garder le contact avec toutes les personnes rencontrées. Un côté écologique qui était souligné par la mise en place d’écocups remplaçant les tradition­nels gobelets de café. Un salon physique sur le signe du prendre soin de tous : une vraie bienveillance appréciée.

Un salon virtuel complémentaire pour Laval Virtual 2021

Mais qu’en fût-il du salon virtuel qui s’est déroulé en parallèle ? N’y étant pas allée, j’ai mené l’enquête auprès de Marine Corbelin, Directrice de projet AR/VR chez WIPON/DAD.

Marine, quel est ton ressenti général sur cette version virtuelle ?

J’ai trouvé que cette version était plus aboutie que celle de l’année passée. Même s’il reste quelques couacs dus aux aléas du direct, l’organisation était bien pensée et l’expérience était agréable.

Ayant également participé à la version précédente (en 2020) quelles différences as-tu identifiées ? (en bien ou en mal)

  • laval virtualL’arrivée des halls d’exposition qui ont permis de rencontrer plus facilement les sociétés présentes sur le salon.
  • La mise en place de jeux qui apportent un côté ludique et nous font découvrir le monde virtuel.
  • Par contre j’ai trouvé qu’il y avait moins de monde présent sur le salon. C’était donc un peu plus difficile de faire des rencontres.

Des points forts ? Des points faibles ?

Dans les points forts, le programme des conférences accessible sur le Virtual World qui était très complet et intéressant.

Dans les points faibles, j’ai trouvé que beaucoup de stands des halls d’exposition étaient vides avec juste un post-it qui donne les infos de contact. J’aurai aimé trouver des avatars avec qui discuter car l’immersion est là et on se sent un peu lésé, comparé aux personnes en présentiel.

Quelles conférences ont retenu ton attention à Laval Virtual 2021 ?

  • laval virtual« We like to move it move it : Tracking motor activity in Virtual Reality to reveal cognitive functioning » de Nicolas Ribeiro sur la récupération de données en VR pour les études cognitives.
  • « Photorealistic virtual humans have arrived and are here to stay, but do we have a deep enough understanding of how humans perceive them? » de Rachel McDonnel sur la psychologie des avatars.
  • « Ethics in XR » et globalement toutes les conférences qui traitaient des sujets de l’éthique en VR (dont notamment celle de Kent Bye) et sur la manière dont on se perçoit nous-même et les autres en VR.

As-tu eu de bons contacts et comment se passait les « rencontres » ?

J’ai eu plusieurs contacts intéressants. Pour les rencontres, ça s’est fait de manière informelle pendant que je me baladais sur le campus ou via des balades en bateau (qui, de mon expérience sur 2020-2021, est l’endroit où j’ai fait le plus de rencontres).

Conclusion sur Laval Virtual 2021 :

Un salon incroyable bien que moins peuplé qu’à son habitude mais qui a eu le mérite de nous rassembler dans un endroit superbe et tout neuf qu’est l’espace Mayenne.

Une organisation de qualité et une vraie considération pour chacun. Une ambiance passionnée et bienveillante teintée d’un brin de folie : un vrai bon moment. Et il semble que nous ayons tous bien fait d’en profiter : prenez soin de vous.

Pour en savoir plus…

Enfin, si vous souhaitez avoir d’autres points de vue sur cet événement sachez que France Immersive Learning était partenaire de ETR, avec qui nous partagions un stand. Ils auront interviewer une quinzaine d’entreprises et personnalités, dont Laurent Chrétien en personne. Je vous propose de suivre
son entretient ci-dessous, les autres interviews sont au lien suivant.

Les articles le plus lus de la catégorie

Back To Top