skip to Main Content

Web 3.0 : quels bénéfices pour le secteur de la santé ?

Une nouvelle version d’internet se profile à l’horizon. Le web 1.0 était tout d’abord un simple système de portail d’information juste pour naviguer entre des pages statiques. Cela a pris fin durant les années 2000 avec l’arrivée du Web 2.0. À partir de là, internet est devenu très participatif, notamment avec l’arrivée des plateformes communautaires tels que les réseaux sociaux. Environ 20 ans plus tard, le Web 3.0 va voir le jour. Même si le concept reste encore un peu flou, nous connaissons plus ou moins les grandes lignes. Le Web 3.0 sera une version décentralisée d’internet, qui mettra en avant d’autres bases comme les technologies relayant les nombreux sites et autre concept de la cryptomonnaie.

 

Qu’est-ce que le Web 3.0 ?

Pour bien définir ce qu’est le Web 3, il faut faire la différence avec le Web 2.0. Nous connaissons tous cette version d’Internet générée par les utilisateurs et fondé sur les réseaux sociaux. Le Web 2.0 est une version d’internet centralisé. C’est-à-dire que l’intégrité du réseau dépend d’un acteur sans lequel il ne fonctionne pas. Il est d’ailleurs quasiment piloté par des grandes entreprises comme les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft). Elles ont d’ailleurs collecté une énorme quantité de données personnelles ces dernières années.

Le Web 3 désigne plutôt des applications et des plateformes décentralisées. Il est actuellement en cours de construction et il est difficile d’en donner une définition précise. Toutefois, nous savons déjà que cette nouvelle version d’internet mettra l’accent sur le contrôle des données et la confidentialité.  À titre de rappel, ce concept, nous vient de l’informaticien Gavin Wood, qui est connu pour être le co-fondateur d’Ethereum, une Blockchain possédant sa propre cryptomonnaie (deuxième marché derrière le bitcoin).

Le rôle du Web 3.0 est de redonner du pouvoir aux utilisateurs d’internet.

Comment ça marche ?

Pour faire simple, les utilisateurs qui font partie d’un réseau auront la mission de gérer le Web 3.0. Ils approuveront collectivement les mises à jour ou les différentes opérations.

Les blockchains (technologies de stockage) permettront de décentraliser internet. Cela vise à rendre le web plus fiable, transparent et résistant à la censure. Grâce au web 3.0, plus aucune entité centrale n’aura le pouvoir de prendre sa propre décision.

Quel rapport avec le secteur de la santé ?

En vue des problèmes de cybersécurité de nos jours, la protection des données personnelles des patients est devenue une priorité absolue. La construction du Web 3.0 contribuera à ceci.

La technologie avancée par le Web 3.0 contribuera à la mise en place d’un parcours patient plus efficace et efficient.

L’usage de l’intelligence artificielle sera alors automatique au niveau de certaines parties du parcours de soin. Ainsi, les employés du service des ressources humaines pourront travailler sur d’autres tâches plus importantes.

Avec le Web 3.0, chaque établissement collectera plus facilement les données de leurs patients. La vérification des informations par un tiers deviendra optionnelle. Cela permettra d’avoir un meilleur contrôle des informations personnelles.

Le web 3.0 propose une approche qui prendra en charge les contenus numériques qui seront générés par les interactions de l’utilisateur (personnel de soin et les patients, par exemple). Ainsi, chaque centre médical, qui fera usage du Web 3.0, pourra alors tirer parti de ses propres préférences et adapter leur positionnement sur le marché de la santé en conséquence.

Internet qui construit sa base à partir de la blockchain

web 3.0Une technologie sera utilisée pour valider et conclure des contrats et contrôler la circulation de ces données sur internet. Elle garantira aux utilisateurs de toujours avoir un œil sur les informations qu’ils laissent circuler sur internet.

Le Web 3.0 assurera donc la régie des échanges entre les utilisateurs. Un stockage des échanges sera réalisé dans leurs propres serveurs.

Les données des patients seraient alors stockées dans les serveurs internes du réseau prioritaire de chaque centre médical, minimisant ainsi les risques de piratage de données externes.

Quelles sont les critiques du Web 3.0 ?

Le concept est, à ce jour, toujours flou et incertain. Se basant plus sur le contrôle et la mise en avant de l’argent virtuel. Elon Musk, pourtant un grand crypto-enthousiaste, le PDG de Tesla et SpaceX, a affirmé que le Web 3.0 ressemble plus à un mot marketing à la mode qu’à la réalité que nous vivons. Il douterait du potentiel apporté par cette nouvelle version d’internet.

web 3.0Toujours selon Elon Musk, au fur et à mesure que ce concept avancera, les fonds de capital-risque finiront par prendre le contrôle.

Beaucoup de personnes septiques avancent également le fait que le Web 3.0 ne fait que vendre des rêves en ce moment. Nous sommes encore loin de pouvoir fournir des preuves concrètes de tout ce qu’il avance.

Certaines personnes ont aussi fait part du fait que le Web 3.0 reste incertain au niveau des aspects reliés à la finance décentralisée. Cela permettrait aussi aux utilisateurs d’être indépendants des banques.

Pourquoi le Web 3.0 fait du bruit ?

L’évolution fulgurante des NFT (ou jetons non fongibles) et des cryptomonnaies ont aussi placé le Web 3.0 sous les feux des projecteurs. Ce concept attire beaucoup des collectifs de la cryptomonnaie et des investisseurs en capital-risque. Un investissement de milliard de dollars pour la réalisation de ce projet. Le but est de développer le plus tôt possible des applications du Web 3.0. Toutefois, il y a encore un peu de chemin à parcourir…

logo kdsanteKamui Digital Santé vous accompagne dans le conseil marketing stratégique et opérationnel. N’hésitez pas à nous contacter pour échanger ensemble à propos de ce sujet ou de toute autre thématique concernant le marketing et la communication dans le milieu de la santé.

Les articles le plus lus de la catégorie

Back To Top